ARMES

partager sur Google+

partager sur Facebook

Actualité

L'actualité de la matière "Armes" du 25 février 2016

L'actualité de la matière des armes à feu

Neutralisation d'armes à feu : une alternative à la destruction ou à la cession.

Je ne dispose pas du droit de détenir l'arme ou je n'ai pas envie de payer la redevance obligatoire tous les 5 ans, une alternative pourra être la neutralisation de l'arme.


La neutralisation de l'arme est payante, mais au moins, la détention de l'arme ainsi neutralisée n'engendrera plus d'autres frais par la suite.


Parfois, c'est l'arme en tant que souvenir d'un être cher ou en tant que bel objet qu'on souhaite détenir, voire acquérir : pour ce faire, nombre d'obligations et de frais en découlent : il est alors loisible de s'orienter vers la neutralisation de la dite arme.


Cependant, quiconque ne peut pas procéder à la neutralisation : il s'agit d'une compétence exclusive du Banc d'épreuves des armes à feu de Liège.


Pour plus de détails, je vous invite à consulter le site du Banc d'épreuves des armes à feu.


Voici ce qu'on peut notamment y lire.

"Neutralisations des armes

Concerne tous les collectionneurs ou personne privée désirant conserver leurs armes.


Les armes peuvent être considérées comme des objets d'intérêt historique ou esthétique, mais la législation est très stricte à ce sujet et elles ne peuvent être possédées qu'à condition d'être neutralisées.

Le principe de la neutralisation est d'apporter de nombreuses modifications internes à l'arme de façon à la rendre inapte aux tirs. Les procédés utilisés pour les modifications sont différentes suivant le type d'arme et ne l'endommagent pas, elle conserve son aspect d'origine et son fonctionnement mécanique.

Une fois neutralisée, l'arme est poinçonnée et un certificat officiel est établi.


Seule la neutralisation effectuée par le Banc d'Epreuve de Liège est reconnue en Belgique.

Le Banc d'Epreuve de Liège effectue également des destructions d'armes dans le respect de la législation en vigueur, avec établissement d'un certificat de destruction."


Pour plus de renseignements, n'hésitez pas à consulter le responsable "armes" de votre zone de police ou le service des armes du Gouverneur.

                                                                       

.




Toutes les actualités